Le Réveil Lozère 04 avril 2018 à 09h00 | Par Alison Pelotier

XR-REpro à la recherche de toujours plus d’innovation

Avec plus de 92 inséminateurs sur le terrain au quotidien, la coopérative d’insémination animale XR Repro basée à Brindas (Rhône) travaille sur la nutrigénomique et sur une nouvelle technique d’insémination artificielle (IA) au plus près de la corne utérine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aujourd’hui en France, XtremiA est déployée dans huit coopératives qui couvrent 50 % du territoire métropolitain. À l’export, cette innovation intéresse outre-Atlantique et dans les pays de l’Europe occidentale.
Aujourd’hui en France, XtremiA est déployée dans huit coopératives qui couvrent 50 % du territoire métropolitain. À l’export, cette innovation intéresse outre-Atlantique et dans les pays de l’Europe occidentale. - © Alison Pelotier

C’est un dispositif sur lequel XR Repro travaille depuis deux ans. Il s’agit d’XtremiA, une récente technique d’insémination profonde. Sa particularité ? Un pistolet pouvant aller jusqu’à 25 cm dans la corne utérine de la vache et un protocole échographique permettant de s’assurer qu’elle est bien apte à être inséminée. Conçue et commercialisée par Elexinn, une start-up spécialisée dans les produits et les services liés aux biotechnologies animales, XtremiA a d’abord été testée par une équipe de techniciens et de vétérinaires issus du monde de l’élevage. À ce jour, le taux de vaches pleines obtenu en semence sexée est de 42,6 % en IA classique et de 59,4 % avec XtremiA, soit 39 % de gestation en plus grâce à cette nouvelle méthode.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1454, du 5 avril 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.