Le Réveil Lozère 21 novembre 2018 à 11h00 | Par Copage

Visite des prairies humides fauchées

Dans le cadre d’une action menée par le Copage avec ses partenaires* et les agriculteurs lozériens, une visite de plusieurs prairies humides s’est déroulée jeudi 25 octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pâturage (à gauche) et fauche (à droite) d’une parcelle humide.
Pâturage (à gauche) et fauche (à droite) d’une parcelle humide. - © Copage

L’objectif de la journée était de partager une vision commune de ce type de milieu humide agricole. De nombreux sujets ont ainsi pu être abordés : la composition floristique, la mécanisation, la fertilisation, l’entretien des rases, les aménagements de points d’abreuvement, l’intérêt de la fauche et du pâturage, la qualité fourragère, etc. Les prairies humides fauchées représentent un enjeu fort à la fois pour la production de fourrages, et pour leurs rôles reconnus pour la biodiversité et l’eau. Depuis 2016, une vingtaine d’exploitations agricoles volontaires travaillent avec le Copage sur leurs parcelles. La flore et le sol ont ainsi été étudiés plus précisément avec une double approche agronomique et écologique. De plus, des analyses fourragères ont permis de vérifier la valeur nutritive des foins issus de ces parcelles humides, moins faciles à exploiter, mais pourtant essentielles lorsqu’on prend en compte les résultats et les appréciations des éleveurs.

* Direction départementale des territoires de la Lozère, Agence française pour la biodiversité, chambre d’agriculture Lozère, chambre d’agriculture Occitanie, association syndicale de travaux et d’aménagements fonciers, conservatoire des espaces naturels Lozère, parc naturel régional Aubrac.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1485, du 22 novembre 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui