Le Réveil Lozère 17 octobre 2018 à 10h00 | Par Sabrina Khenfer

Vingt-cinq engins innovants sur le causse

La fédération départementale des Cuma a profité de la mise en place prochaine de la plateforme d’essai de l’association Céréales montagne sur le causse de Sauveterre, pour organiser, le 9 octobre dernier, une journée machinisme agricole au hameau de la Piguière. Environ 300 personnes sont venues assister à l’exposition ou à la démonstration de 25 machines innovantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Sabrina Khenfer)  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer  © Sabrina Khenfer

Les conditions étaient parfaites le 9 octobre pour accueillir cette journée machinisme agricole, organisée par la FDCuma 48 avec l’aide de quatre coopératives locales. L’idée ? Faire découvrir aux agriculteurs lozériens, membres ou non d’une Cuma, les techniques récentes en matière de semis, à travers l’exposition mais surtout la démonstration de nouveaux engins. Aligneuses, broyeurs de pierres, déchaumeurs à disques ou à dents… se sont ainsi succédé toute la journée sur une parcelle du hameau de La Piguière.
« On montre différentes techniques de semis, avec ou sans labour ; avec ou sans préparation du sol et avec différents types de semoirs, explique Sylvain Chevalier, président de la FDCuma 48. Il s’agit d’un matériel coûteux mais performant, sur lequel nous pouvons peut-être investir à plusieurs. Il faut être quatre au minimum dans une Cuma pour décider d’acheter du nouveau matériel. Mais dans certaines, ces engins sont utilisés par plus de trente personnes. Il est donc très intéressant de calculer la rentabilité d’un éventuel investissement. Pour la plupart ce sont des machines que nous n’avons vues qu’en exposition, lors du dernier Sommet de l’élevage notamment. »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1480, du 18 octobre 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui