Le Réveil Lozère 16 mai 2017 à 08h00 | Par Sabrina Khenfer

Vincent Julhan élu président national de la race Brune

Le 20 avril dernier, après un parcours syndical départemental puis régional, Vincent Julhan, éleveur à Saint-Germain-du-Teil, a été élu président de Brune génétique services (BGS). Une union de coopératives agricoles créée en 1987 qui regroupe les éleveurs de races Brune et Jersiaise de toute la France.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Julhan, au centre, le jour de son élection à la présidence de BGS, le 20 avril dernier.
Vincent Julhan, au centre, le jour de son élection à la présidence de BGS, le 20 avril dernier. - © BGS

Vincent Julhan est éleveur de Brunes et d’Aubracs à Saint-Germain-du-Teil, au « Gaec des mille vues » qu’il gère avec son épouse et ses beaux-parents. Depuis longtemps déjà, il a la fibre syndicale et l’engagement comme principe. De 2002 à 2008 il occupe les fonctions de président du syndicat des éleveurs de race Brune de Lozère, avant de monter d’un échelon en prenant la tête, entre 2008 et 2016, de la fédération régionale Opti’brune, qui regroupe des éleveurs des anciennes régions Auvergne, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.
Et puis le 20 avril dernier il est élu nouveau président national de la race Brune. « Mon élection à la présidence de BGS s’est faite naturellement, explique-t-il. On y est entrés en 2006 avec quatre ou cinq collègues du même âge, venus de toute la France. Depuis plus de dix ans on s’entend très bien, on a fait un bon travail d’équipe. Ça a donc été la continuité logique. » Un changement important pour Brune génétique services après 19 ans de présidence de José Baechler, éleveur du Lot et Garonne. Des années marquées notamment par la relance du concours national Brune en 2006 – en standby depuis 25 ans – ou l’obtention de l’agrément Organisme et entreprise de sélection (OES) par le ministère de l’Agriculture en 2008. Un statut qui a permis de regrouper au sein d’une même structure une promotion, une communication, une équipe administrative uniques et d’adopter des décisions et orientations raciales communes sur tout le territoire français.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1410, du 18 mai 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui