Le Réveil Lozère 13 février 2019 à 14h00 | Par Aurélie Pasquelin

Viande bovine, le modèle français, une spécificité à mettre en avant

Pour traiter les différents sujets en lien avec le thème du congrès*, la FNB organisait mardi 5 février, une après-midi d’ateliers. Parmi les trois sujets proposés, l’Idele avait choisi d’intervenir sur l’élevage, la décapitalisation et les territoires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eva Grohens, de l’institut de l’élevage, est venue présenter les études réalisées par l’Idele et le CNE sur la décapitalitation du cheptel bovin et les spécificités de l’élevage français.
Eva Grohens, de l’institut de l’élevage, est venue présenter les études réalisées par l’Idele et le CNE sur la décapitalitation du cheptel bovin et les spécificités de l’élevage français. - © Aurélie Pasquelin

« Dynamique des élevages allaitants et des territoires », tel était le nom de l’atelier proposé mardi après-midi par l’Idele aux congressistes venus à Mende. Au-delà même de ce titre, c’était bien de la décapitalisation du cheptel bovin qu’avait choisi de traiter l’institut lors de son intervention. « Alors qu’entre 2013 et 2016, le cheptel bovin français avait grossi, on assiste aujourd’hui à une décapitalisation brutale », indique Eva Grohens, de l’institut de l’élevage. Avec une perte de 10 % du nombre de vaches en trois ans, la situation inquiète les éleveurs bovins français. « Entre 2013 et 2016, l’augmentation du nombre de bêtes s’expliquait surtout par l’agrandissement des exploitations, continue l’ingénieure. Aujourd’hui, la baisse du cheptel s’explique plutôt par des arrêts d’activité non-remplacés ». Là aussi, la situation inquiète car la moitié du cheptel bovin français est détenue par des chefs d’exploitation de plus de 50 ans. Au vu de la situation actuelle, l’Idele a réussi à définir trois scénarios possibles pour l’avenir : un « scénario de type ovin » qui verrait le nombre d’exploitations et de vaches diminuer, un scénario de « rebond » avec un maintien en l’état actuel du nombre de vaches et d’exploitations et un scénario « de retour à un rythme plus régulier » entre arrêts et agrandissements.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1497, du 14 février 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous avions construit le projet de mandature ensemble. Nous sommes à mi-mandat, des choses ont été faites et il y a encore un certain nombre de choses à faire.

a déclaré à Agrapresse Samuel Vandaele, nouveau président des Jeunes agriculteurs, à la suite de son élection, le 11 avril.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui