Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par Aurélie Pasquelin

Vers une structuration de la filière tourisme équestre en Lozère ?

Pour faire face à la disparition de la « Filière Cheval Lozère », Lozère Tourisme organisait lundi 9 avril, une réunion avec les acteurs du tourisme équin du département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Quels sont les besoins de chacun ? Quelles solutions pour l’avenir ? Faut-il créer une nouvelle structure ?... Telles étaient les questions qui étaient posées lundi 9 avril aux acteurs du tourisme équin du département. Cette réunion, organisée pas Lozère Tourisme dans les locaux du comité départemental du tourisme proposait aux personnes présentes de parler ensemble pour faire le point sur la situation. En effet, depuis la dissolution de la « Filière Cheval Lozère », la filière équestre ne bénéficie plus des supports de promotions sur l’extérieur du département. Une situation qui peut poser problème aux professionnels du tourisme équin puisqu’elle entraîne plusieurs contraintes comme la fermeture du site de la filière, à la fin du mois de mars. Partant de ce constat, les professionnels présents à la réunion ont mis en avant leur besoin de visibilité en dehors du département.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1456, du 19 avril 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui