Le Réveil Lozère 24 juin 2020 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

Vers un retour à l’équilibre ?

À l’occasion d’un webinaire organisé le 18 juin, l’Idèle a brossé un état des lieux de la filière laitière, qui depuis le déconfinement tend à retrouver une certaine stabilité. Dans ce paysage mouvant, la filière laitière caprine renoue avec la croissance et bénéficie de prix bien orientés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À l’occasion d’un webinaire organisé le 18 juin, l’Idèle a brossé un état des lieux de la filière laitière, qui depuis le déconfinement tend à retrouver une certaine stabilité. Dans ce paysage mouvant, la filière laitière caprine renoue avec la croissance et bénéficie de prix bien orientés.
À l’occasion d’un webinaire organisé le 18 juin, l’Idèle a brossé un état des lieux de la filière laitière, qui depuis le déconfinement tend à retrouver une certaine stabilité. Dans ce paysage mouvant, la filière laitière caprine renoue avec la croissance et bénéficie de prix bien orientés. - © Marion Ghibaudo

Chamboulée depuis la mi-mars, la filière laitière semble être sur la voie du retour à la normale, selon les analystes de l’Idèle. La collecte laitière a amorcé précocement sa baisse saisonnière. Elle a nettement fléchi en mai (-1,4 % par rapport à 2019) d’après les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer, après avoir marqué le pas en avril (-0,2 % par rapport à 2019). « Rappelons qu’au premier trimestre, elle avait progressé de +1,2 % en 2019 (effet année bissextile neutralisé), retrouvant ainsi le niveau moyen des cinq années précédentes. La bonne qualité des fourrages et le bon prix du lait avaient alors stimulé la production malgré un cheptel laitier réduit d’un hiver à l’autre (-1,6 % par rapport à 2019) », explique Gérard You du département économie. L’arrêt de la croissance de la collecte début avril puis la baisse saisonnière précoce tiennent pour une part à des raisons météorologiques. Les précipitations réduites depuis le confinement et les nuits fraîches début avril ont visiblement ralenti la production herbagère dans de nombreuses régions. Elles ont en revanche permis aux éleveurs de réaliser les ensilages d’herbe dans de bonnes conditions, même si les rendements ont été décevants dans les régions de l’Est (Lorraine, Bourgogne) et du Sud-Est, confrontées depuis janvier à des déficits hydriques importants.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1566, du 18 juin 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui