L'Anjou Agricole 18 juillet 2019 à 12h00 | Par AA

Vents contraires à Tillières

A Tillières, la famille Guéry s’oppose depuis plusieurs années à un projet d’implantation d’éoliennes près de son exploitation. Estimant qu’il en va de la santé de ses animaux, et à terme de la viabilité de l’entreprise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La famille Guéry, à Tillières, soudée dans son combat contre l’installation d’éoliennes à deux pas de son exploitation (à l’arrière-plan). De g. à d. : Véronique, la mère ; Etienne, le fils benjamin ; Jean-Yves, le père, aujourd’hui à la retraite ; Nicolas, le fils aîné, positionnés entre les sites d’implantation théorique des aérogénérateurs 1 et 4 (respectivement à 170 et 200 m des bâtiments d’élevage), du projet de parc éolien Val de Moine.
La famille Guéry, à Tillières, soudée dans son combat contre l’installation d’éoliennes à deux pas de son exploitation (à l’arrière-plan). De g. à d. : Véronique, la mère ; Etienne, le fils benjamin ; Jean-Yves, le père, aujourd’hui à la retraite ; Nicolas, le fils aîné, positionnés entre les sites d’implantation théorique des aérogénérateurs 1 et 4 (respectivement à 170 et 200 m des bâtiments d’élevage), du projet de parc éolien Val de Moine. - © AA

« A l’époque, l’éolien agricole était à l’aube de son développement, et le projet nous a été présenté comme l’énergie de l’avenir », se souvient Etienne Guéry. L’agriculteur de 31 ans est installé à Tillières avec sa mère Véronique et son frère Nicolas, en bordure Sud de la N249 reliant Nantes à Cholet. Sur 160 ha, le Gaec Guéry élève 300 bovins (parthenaises et rouges des prés), et 15 000 poules repros en prestation, pour un couvoir de Vendée. En 2009, Nicolas Guéry signe une   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Anjou Agricole

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui