Le Réveil Lozère 21 juin 2017 à 08h00 | Par Agri Juris Lozère

Vente d’herbe : attention à la requalification en bail rural

Un propriétaire me propose d’établir une vente d’herbe, de quoi s’agit-il ? Cela me protège-t-il ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Le contrat de vente d’herbe sur pied est un contrat de vente de récolte sur pied portant sur de l’herbe à pâturer (les animaux restant sous la garde et la responsabilité de leur propriétaire) ou à faucher. Il doit être utilisé avec précaution par les parties car il est bien souvent mis en place pour dissimuler un véritable bail rural et déroger au statut du fermage. Lorsque le propriétaire des parcelles souhaitera mettre fin au contrat, il ne sera pas rare que l’exploitant agricole en place demande la requalification du contrat en bail rural. Pour lutter contre cette pratique, le Code rural présume soumise au statut du fermage « toute cession exclusive des fruits de l’exploitation lorsqu’il appartient à l’acquéreur de les recueillir ou de les faire recueillir ». La présomption de bail pourra donc être invoquée contre le propriétaire du fonds si la récolte cédée n’est pas détachée du sol et si elle doit être levée par l’acquéreur. De même, les juges requalifient en bail rural la vente d’herbe si la cession des fruits de l’exploitation revêt un caractère exclusif ou si la jouissance est continue ou répétée année après année. En pratique, les parties voulant avoir recours aux ventes d’herbe devront veiller à ce qu’une convention écrite soit conclue. L’acte devra préciser les parties, l’objet de la convention et la période d’utilisation, sachant que celle-ci devra strictement être limitée dans le temps et ne pas revêtir un caractère exclusif.

Agri Juris Lozère

La Question Juridique

Le Réveil Lozère et Agri Juris Lozère s’associent pour répondre à vos questions juridiques. Posez votre question via Facebook, Twitter, par mail (redaction.reveil.lozere@orange.fr) ou par courrier (Réveil Lozère, 27 avenue Foch, 48000 Mende).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui