Le Réveil Lozère 10 mai 2017 à 08h00 | Par Sabrina Khenfer

Veau sous la mère : une filière rémunératrice à forts débouchés

Jeudi 4 mai la chambre d’agriculture de la Lozère et l’association nationale « Le Veau sous la mère » ont organisé une rencontre chez Denis Valette, éleveur à Termes. Leur but ? Promouvoir auprès des exploitants et des futurs éleveurs, l’installation, la diversification ou la reconversion dans une filière à la fois rémunératrice et à forts débouchés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Denis Valette entouré de ses deux bouchers, Florent Salles et Frédéric Tichit.
Denis Valette entouré de ses deux bouchers, Florent Salles et Frédéric Tichit. - © Sabrina Khenfer

Denis Valette élève des veaux sous la mère depuis 2003. Grâce à 65 Limousines, secondées par une dizaine de Montbéliardes qui viennent compléter l’apport en lait, il produit chaque année une cinquantaine de veaux de lait, qu’il vend en moyenne 1 400 euros par tête. « En Lozère, c’est l’une des seules productions qui parvient à tirer son épingle du jeu, explique-t-il. Financièrement, malgré les astreintes, c’est bien plus intéressant que du broutard. C’est une filière d’excellence et on sait pourquoi on travaille. S’il y avait plus d’éleveurs, avec une démarche qualitative, on pourrait créer une vraie filière ici. »
C’est justement l’objet de la venue de Francis Rousseau, animateur de l’association nationale « Le Veau sous la mère ». Chiffres à l’appui, il explique qu’un veau de lait labélisé est vendu jusqu’à 9 € le kilo de carcasse, contre 2,70 € en moyenne pour un broutard. « C’est une production qui dégage un bon revenu à l’unité. À la vente le veau sous la mère coûte entre 15 et 20 % de plus qu’un veau de boucherie, ce qui est normal car le coût de production est plus élevé : pour 40 veaux de lait, on produit 500 veaux de boucherie. Mais il s’adresse à une catégorie de consommateurs qui est prête à payer un peu plus pour manger bien. » Une filière d’excellence qui ne représente que 5 % des veaux produits en France. Elle est également celle qui a le plus suivi la hausse du coût de la vie. En trente ans, le prix du kilo carcasse est passé de 5,35 à plus de 9 €, soit une plus-value moyenne de 500 € par animal.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1409, du 11 mai 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui