Le Réveil Lozère 12 décembre 2018 à 16h00 | Par Pierre Garcia

Vanik Berberian : « On commence à en demander beaucoup trop aux élus »

Vanik Berberian dirige depuis 2008 l’association des maires ruraux de France (AMRF). Lui-même maire de Gargilesse-Dampière dans l’Indre (300 habitants), il s’efforce de fédérer, d’informer et de représenter les maires des quelque 10 000 communes françaises de moins de 3 500 habitants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vanik Berberian : « Je ne suis surpris ni par les nombreuses démissions ni par la volonté de certains maires de dire “stop” ».
Vanik Berberian : « Je ne suis surpris ni par les nombreuses démissions ni par la volonté de certains maires de dire “stop” ». - © Pierre Garcia

Que retenez-vous du dernier congrès des maires de France auquel vous avez assisté ?
Pour ce qui nous concerne, le gouvernement a proposé d’établir un agenda rural afin de dresser ensemble une liste de priorités à réaliser selon un échéancier défini. Cela pourrait concerner des domaines aussi variés que la santé, la mobilité ou encore l’éducation. Le dossier devrait être porté par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, mais pour le moment, nous n’avons pas de date précise quant à sa mise en place, nous en sommes encore au stade des discussions.


À quoi ressemble aujourd’hui la relation entre les maires ruraux et le gouvernement ?
Aujourd’hui, il y a une véritable obligation pour le gouvernement de renouer un lien qui s’est brisé. Cela passera par la concertation, les décisions ne peuvent plus se prendre unilatéralement.

 

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1488, du 13 décembre, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui