Le Réveil Lozère 22 janvier 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Valoriser la race limousine hors du berceau

Lancé en juillet 2019, le GIE Lauv’lim compte bien devenir un acteur incontournable de la race hors de son berceau d’origine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des limousines au pré.
Des limousines au pré. - © Emilie Wood

Le GIE Lauv’lim s’est lancé sous les feux de la rampe en juillet 2019. Pour en arriver à ce résultat, de nombreuses heures ont été nécessaires au groupe de travail constitué pré-GIE pour définir ce qu’ils voulaient. Les éleveurs ont ensuite annoncé le lancement du GIE Lauv’lim dans le Cantal. Après six mois d’existence, retour sur un nouvel acteur qui est bien décidé à s’implanter localement, mais pas que.
« Le GIE est une organisation à cheval sur plusieurs départements et sur deux régions administratives » définit Nicolas Restituito, l’animateur technico-commercial du GIE Lauv’lim. Ancien technicien herd-book limousin, il connaît bien les agriculteurs de la région. Alors quand les éleveurs souhaitant créer le GIE lui ont proposé le poste, il a adhéré sans hésiter.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 23 janvier 2020, en page 04.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Continuons de faire de l’agriculture de conservation, parce que c’est un bon modèle, et continuons à mettre du glyphosate tant qu’on n’a pas trouvé autre chose

a déclaré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Il a indiqué que l’agriculture de conservation fera partie des usages autorisés pour le glyphosate après 2021, en l’absence d’alternatives.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui