Le Réveil Lozère 15 janvier 2020 à 09h00 | Par Marianne Boilève

Vaches à l’ombre et abeilles repues

Le Gaec de la Mure en Isère cherche à concilier élevage et agroforesterie pour mettre ses animaux à l’abri du soleil et anticiper les effets du changement climatique. Pour finaliser le projet, Olivier Giroud a sollicité des experts et la Fédération des chasseurs de l’Isère qui finance la plantation de haies bocagères.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour placer ses arbres, Olivier Giroud a pris en compte sa ligne de travail et le passage des tracteurs, pour ne pas être gêné au moment de la fauche des prairies.
Pour placer ses arbres, Olivier Giroud a pris en compte sa ligne de travail et le passage des tracteurs, pour ne pas être gêné au moment de la fauche des prairies. - © Marianne Boilève

C’est l’histoire d’un paysan qui cherchait de l’ombre pour ses vaches… Et du pollen pour ses abeilles. Installé en polyculture-élevage et associé au Gaec familial depuis 2015, Olivier Giroud prépare l’avenir de l’exploitation. La retraite de son oncle se profilant, il sait que la charge de travail va augmenter à court terme et qu’il faudra composer avec le changement climatique. Alors il anticipe. Ingénieur agronome de formation, le jeune éleveur cherche à se simplifier la vie et réduire un peu la voilure, sans renoncer à ses trois ateliers : le lait (transformé en saint-marcellin par l’Étoile du Vercors), la vente de viande salers et la production de miel. Il veut également sécuriser le pâturage tournant dynamique auquel l’exploitation s’est récemment convertie. Avec 150 hectares de SAU, dont la moitié en prairies naturelles, l’exploitation n’est pas mal lotie. Mais certaines parcelles manquent cruellement d’ombre. « Quand on regarde les haies, en bas de la pente, on se dit que les anciens ont assuré et qu’ils ne se sont pas trompés : aujourd’hui, les vaches ont de l’ombre », salue Olivier Giroud qui travaille depuis plusieurs mois à un projet de plantation après avoir suivi deux formations en agroforesterie.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1542, du 16 janvier 2020, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui