Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 10h00 | Par Actuagri

Une rencontre constructive entre la FNSEA et François de Rugy

La FNSEA a rencontré jeudi 25 octobre, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, ainsi qu’Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre, en charge de l’accompagnement des territoires dans la transition écologique, pour faire le point sur les dossiers agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

À l’occasion d’une première prise de contact le 25 octobre avec la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a tenu à se montrer rassurant. Adoptant un discours pragmatique, il a en effet affiché son souhait d’éviter autant que possible d’opposer économie et écologie, en particulier pour l’agriculture, de ne pas jouer des postures entre syndicats, entre acteurs économiques, entre ministères… Son mandat est de transformer l’agriculture conformément aux EGAlim, en discutant des rythmes et en s’adaptant aux contraintes, y compris celles qui s’imposent à nous comme le changement climatique. Il a affirmé préférer le contrat, l’engagement à une norme qui s’imposerait d’en haut sauf si rien ne bouge. Christiane Lambert a accueilli positivement ce discours en rappelant que les agriculteurs sont déjà pleinement engagés dans la transition écologique, et que par ailleurs l’agriculture est source de solutions tant pour la biodiversité, que pour l’énergie ou pour la gestion des ressources en eau, mais que cette évolution est permanente et doit s’inscrire dans une démarche continue qu’il est nécessaire d’accompagner.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1483, du 8 novembre 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui