Le Réveil Lozère 22 mai 2019 à 10h00 | Par CF

Une race Aubrac partout en France

L’Upra Aubrac a tenu au lycée agricole de Saint-Flour son assemblée générale le 10 mai, suivie d’une AG extraordinaire pour mettre ses statuts à l’heure de l’Europe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À travers le travail de l’OS et des éleveurs, la race Aubrac poursuit sa progression.
À travers le travail de l’OS et des éleveurs, la race Aubrac poursuit sa progression. - © CF

« Nous sommes toujours dans la situation où le nombre d’éleveurs et de vaches Aubrac est en augmentation importante avec un berceau de la race qui prend même des parts sur les éleveurs qui stoppent le lait pour se consacrer à la viande », a indiqué le président Yves Chassany.
« Face à cela, les instances de la race Aubrac ne baissent pas les bras mais poursuivent leurs missions avec de nouvelles responsabilités conférées par le nouveau règlement zootechnique européen, ce qui va nous amener à définir ensemble le modèle Aubrac qui correspondra le mieux aux défis qui se posent à nous, qu’il soit sociétal, alimentaire et climatique. »
L’état civil bovin et le contrôle de performances, sont en effet désormais du ressort de l’Upra, traduction pour lui, « d’un État qui se désengage avec l’arrêt du calcul des indexations par l’Inra ». Bilan : « C’est une charge supplémentaire pour l’Upra et donc, pour les éleveurs… » Point positif : « Ces nouvelles responsabilités nous laissent la possibilité de choisir nos contrôles de performances. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1511, du 23 mai 2019, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui