Le Réveil Lozère 18 décembre 2019 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

Une quatrième année réussie

Le quatrième concours des miels de Lozère s'est déroulé ce mercredi 11 décembre dans le restaurant Chez Camillou.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Couleur du miel et texture sont aussi part des critères du jury.
Couleur du miel et texture sont aussi part des critères du jury. - © Marion Ghibaudo

Le concours des miels de Lozère s'est cette année déroulé dans l'ambiance feutrée du restaurant Chez Camillou, à Peyre-en-Aubrac et en présence, entre autres, de Cyril Attrazic, le chef étoilé et président du jury, du maire de Peyre-en-Aubrac Alain Astruc et d'Anne Legile, directrice du parc national des Cévennes. Vingt-deux apiculteurs inscrits, une soixantaine de jurés qui ont patiemment goûté et sélectionné les meilleurs miels, une soixante de miels différents proposés : « 2019 a été une mauvaise année pour les apiculteurs due aux conditions climatiques mais nous sommes fiers d'avoir pu quand même organiser ce concours » a relevé Henri Clément, président du syndicat apicole de Lozère.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1539, du 19 décembre 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».