Le Réveil Lozère 15 mai 2019 à 10h00 | Par Actuagri

Une proposition de réforme qui manque d’ambition

À quelques semaines des élections européennes, Jean-Christophe Bureau, professeur à l’Inra et Agro Paris Tech, et Aurélie Trouvé, maître de conférences en économie à AgroParisTech, rappellent l’importance de la Pac et les difficultés nouvelles auxquelles elle doit faire face.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Essentielle à l’agriculture européenne, la Politique agricole commune a néanmoins perdu de son sens auprès des citoyens européens. « Historiquement, l’objectif était d’augmenter la production, avec la mise en place de prix garantis, ce qui a très bien fonctionné et a rendu nécessaire la réforme de 1993 pour mettre fin aux excédents » explique Jean-Christophe Bureau, professeur chercheur à l’Inra et AgroParisTech et spécialiste des questions agricoles, à l’occasion d’un débat organisé le 7 mai par l’Association des journalistes de l’environnement (AJE), à Paris.
Mais aujourd’hui, « on ne voit plus la rationalité de la Pac actuelle », poursuit-il, en tout cas du point de vue social. Et la future réforme n’apporte rien de nouveau, si ce n’est « un objectif sur la qualité des aliments et sur la santé, mais qui pour l’instant ne recouvre rien de concret », explique de son côté Aurélie Trouvé, maître de conférences en économie à AgroParisTech. Pour les deux spécialistes, la proposition de réforme de la Pac, qui s’inscrit dans le cadre du futur budget européen 2020-2027, est particulièrement décevante, notamment car elle est basée sur la subsidiarité.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1510, du 16 mai 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui