Le Réveil Lozère 30 avril 2018 à 14h00 | Par La Volonté Paysanne

Une production ovine qui croit en son avenir

Le 71e congrès de la fédération nationale ovine (FNO) s’est conclu vendredi 20 avril à Rodez par un discours volontariste de la présidente Michèle Boudoin devant un parterre de 400 éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © La Volonté paysanne

Durant trois jours, Rodez et l’Aveyron ont vécu à l’heure ovine, avec des visites de fermes et de sites de transformation de lait ou de viande ovine, jusque dans le Lot et le Tarn-et-Garonne. Environ 400 membres de la FNO et leur présidente nationale, Michèle Boudoin, installée dans le Puy-de-Dôme, ont échangé à huis clos jeudi 19 avril sur les problématiques de la filière puis se sont retrouvés le lendemain, vendredi 20 avril, pour l’assemblée statutaire de la FNO et la table ronde sur la restauration collective, sujet qui était le thème d’un congrès renouant avec l’Aveyron, 22 ans après celui de Millau.
C’est donc dans le premier département moutonnier de France que le 71e congrès FNO a évoqué les dossiers occupant la filière. Pour Michèle Boudoin, « il était important que les gens se parlent ici à Rodez, notamment sur la complémentarité des productions d’agneaux laitiers Lacaune issus de la filière Roquefort, et ceux du cheptel allaitant. Nous ne produisons en France que 43 % de notre consommation, il est possible de s’organiser avec ces deux types d’élevage. Les agneaux Lacaune sont une chance pour toute la filière ovine », assure la présidente de la FNO.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1458, du 3 mai 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui