Le Réveil Lozère 28 novembre 2018 à 15h00 | Par Liredoc

Une pression de sélection jamais égalée

La station Gélioc a organisé sa 42e vente, le samedi 3 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © GIE Liredoc

45 mâles étaient mis en marché sur 48 évalués dans cette série. Trois sujets avaient été préalablement éliminés : un porteur du gène culard, un blessé à l'épaule et un pour mauvais caractère. Cette série avait été établie avec une pression de sélection jamais égalée. Le jour de la rentrée, le 12 juin, 70 sujets avaient été invités à se présenter pour 48 places.
Le prix moyen des mâles qualifiés RCV, s'est élevé à 4 218 EUR. Celui des mâles évalués s'est fixé 3 180 EUR. Seuls trois taureaux au format un peu plus tardif, n'ont pas trouvé preneur sur le moment. L'enchère la plus haute a concerné le Tag 4, (7 100 EUR), fils de Haled (RRE), lui-même ancien de la maison, et devenu numéro un national des taureaux qualifiés RRE et passé MN depuis l'automne 2018.
Même s'il n'y a pas eu d'enchère tonitruante, la moyenne globale de la série est la meilleure établie depuis la création de la station en 1996.
Le GIE Liredoc en collaboration avec la coopérative Célia, organise une session de rattrapage. En effet, une deuxième vente de taureaux limousins est organisée dans les bâtiments de la coopérative à Bozouls (12), le samedi 8 décembre à 10 h. Une quarantaine de mâles y seront exposés pour y être vendus à prix préalablement affichés.
La prochaine vente de taureaux à Gélioc aura lieu le 23 février.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui