Le Réveil Lozère 16 mai 2018 à 10h00 | Par Nancy Sagnet

Une première participation inoubliable au SIA

Sébastien Broussard et sa famille ont participé à leur premier salon de l'agriculture. Installé sur la commune de Chambon-le-Château en Margeride, il a fait le voyage jusqu'à Paris avec Gaillard, un taureau de sept ans jugé dans la catégorie des taureaux de plus de cinq ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gaillard a cessé la saillie un mois et demi avant le concours. Une période courte, mais l'état de l'animal était au rendez-vous.
Gaillard a cessé la saillie un mois et demi avant le concours. Une période courte, mais l'état de l'animal était au rendez-vous. - © DR

Installé sur la commune de Chambon-le-château, en Gaec avec son père, Sébastien Broussard et sa famille ont participé pour la première fois cette année au salon de l'agriculture. C'était aussi une première pour son taureau nommé Gaillard, sept ans. Ce dernier a été retenu lors des présélections le mercredi 22 novembre sous la halle d'Aumont-Aubrac. Gaillard, déjà sorti sur d'autres concours, est un taureau Aubrac de sept ans. L'éleveur apprécie son caractère fier d'allure. « Il est large et profond de poitrine, sans de gros arrondit avec un maximum de poids », explique Sébastien Broussard. Un taureau de la catégorie de plus de cinq ans qui était le plus lourd, soit 1 253 kg. « En résumé, un maximum de poids sur un minimum de volume », commente-il.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1460, du 17 mai 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui