Le Réveil Lozère 03 janvier 2018 à 08h00 | Par Nancy SAGNET

Une première participation au concours agnelles

Après une première participation au concours agnelle du 9 septembre dernier, Aurélien Vernhet, prochainement installé sur le Causse a accepté de répondre à quelques questions sur sa première participation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Fils d’agriculteur, et prochainement installé, vous connaissez bien le métier et particulièrement le travail de berger. Avec le troupeau de vos parents, vous avez participé pour la première fois à la sixième édition du concours agnelles en septembre dernier. Pourquoi avoir fait ce choix ?

J’ai pu comparer les animaux aux autres et voir ce qui se fait ailleurs en Lozère. Grâce au jugement, on voit quels sont les critères les plus recherchés tant au niveau génétique que technique, mais également les marges de progrès de notre élevage. C’est une bonne première expérience.

D’une façon plus générale, qu’avez-vous pensé du concours ?

Tous les coins de Lozère étaient bien représentés. Beaucoup d’élevages présents avaient amené des lots d’agnelles d’automne. Quant à notre système, il fonctionne plutôt avec des agnelles d’hivers et de printemps. Ce concours est la preuve que l’élevage d’agnelles d’automne donne de bons résultats. Ces dernières étaient homogènes et possédaient de bonnes qualités bouchères. Mais le concours était aussi l’occasion d’échanger avec les éleveurs et les techniciens sur les différentes pratiques d’élevages.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1441, du 4 janvier 2018, en page 4.

Mickaël Tichit,
président de la section ovine de la FDSEA Lozère

« Avec une augmentation du nombre de participants, la sixième édition du concours agnelles fut un réel succès cette année grâce à ces participants. Le niveau de la compétition était élevé. Mais le plus important n’est pas le résultat, c’est un moment de convivialité qui permet aux éleveurs d’ovins de se retrouver, et d’échanger, malgré les difficultés que nous rencontrons au quotidien. Je pense notamment à la prédation qui touche de nombreux élevages en Lozère et met des années de travail à la poubelle. Le plus important dans ce concours n’est pas d’avoir gagné mais de participer et se serrer les coudes face aux difficultés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui