Le Réveil Lozère 25 janvier 2018 à 01h00 | Par Aurélie Pasquelin

Une nouvelle aide pour les petits équipements

Inspiré de l'ancienne aide aux petits équipements présente dans la région Midi-Pyrénées, la région Occitanie vient de mettre en place le Pass'élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Jusqu'à maintenant, sur les départements de l'ex-région Languedoc-Roussillon, l'aide aux petits équipements était réservée aux jeunes agriculteurs. En revanche, sur les huit départements de l'ex-région Midi-Pyrénées, l'aide était accessible à tous. Issue de la fusion des deux régions, l'Occitanie se construit peu à peu et les aides de la Région, sous l'impulsion professionnelle, tendent à s'uniformiser. S'inspirant du modèle de l'ex-région Midi-Pyrénées, la Région Occitanie a donc décidé de mettre en place le Pass'élevage, pour les aides aux petits équipements d'élevage. « Le but en créant ce pass est d'harmoniser les politiques liées à l'élevage au sein de la région, explique Alain Raynal, chef du service élevage à la chambre d'agriculture de Lozère et animateur du GIE* élevage Occitanie. Les listes de matériels pris en compte et les conditions pour recevoir cette aide ont été laissées à la profession. Les critères sont donc établis en pensant aux besoins des éleveurs et des filières.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1444, du 25 janvier 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).