Le Réveil Lozère 13 décembre 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Une moyenne de vingt mille bovins par an

Six réunions publiques ont permis de présenter le futur marché au cadran d’Aumont-Aubrac porté par l’association Un cadran pour tous. À mi-parcours de l’étude de faisabilité, le président de l’association Frédéric Valette est revenu sur l’historique du projet tout en posant quelques échéances. La mise en route du cadran est espérée pour 2019.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Aline Chabanon, chargée de l’étude de faisabilité du marché ; Sylvain Chevalier, trésorier de l’association Un cadran pour tous ; Alain Astruc, maire d’Aumont-Aubrac et Frédéric Valette, président de l’association Un cadran pour tous.
De gauche à droite, Aline Chabanon, chargée de l’étude de faisabilité du marché ; Sylvain Chevalier, trésorier de l’association Un cadran pour tous ; Alain Astruc, maire d’Aumont-Aubrac et Frédéric Valette, président de l’association Un cadran pour tous. - © Sandra Hartmann

Hormis Langogne et son marché de veaux, Marvejols et ses ovins, il n’existe pas de marché de grande envergure en Lozère. Il y a bien Laissac et son marché de gré à gré tendant à devenir un marché de négociants et dans une moindre mesure Saugues et ses ovins. « Nous sommes à la porte de l’export, explique Frédéric Valette, président de l’association Un cadran pour tous. Un marché au cadran a toute sa place qui plus est en Aubrac, une des seules grosses races de France ne disposant pas de cette installation. » Le projet de cadran est né 2015, à l’issue d’un conseil fédéral regroupant les OPA du département. Bruno Bunisset, président du marché au cadran d’Ussel, invité à cette occasion avait su convaincre les éleveurs des avantages de cette structure : mise en concurrence, transparence, anonymat, garantie de paiement et traçabilité. Des propos résumés simplement par Frédéric Valette, « vous êtes des chefs d’exploitation, soyez chefs de vos ventes ». Une délégation s’est rendue à Ussel et l’étude de faisabilité a été lancée dans la foulée, en concertation avec Saugues. L’idée est de créer un projet commun autour de la commercialisation d’animaux avec un outil moderne et aussi de centraliser les ressources humaines (chef des ventes, réseau de bouverie notamment) ou la comptabilité. Le cadran de Mauriac, berceau de la Salers doit aussi servir de référence. En Lozère, Aumont-Aubrac, « l’un des centres de la race », a fait l’unanimité.

La suite dans le Réveil Lozère, page 3, édition du 15 décembre 2016, numéro 1388.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Alors que la Commission a annoncé la conclusion d’un accord sur le « panel hormones », la FNB attend une position extrêmement ferme de la France.

indique Bruno Dufayet, président de la FNB, dans un communiqué du 14 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui