Le Réveil Lozère 17 octobre 2017 à 08h00 | Par C.Rolle

Une marque pour un produit de valeur

Pour faire face au contexte « chaotique » dans lequel évolue la filière bovine française, Feder lance sa marque d’éleveurs « un bœuf en plein air et à l’herbe pour consommer autrement ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Millot, directeur Feder, Yves Largy, président, Bertrand Laboisse, vice-président et Olivier Mevel, consultant marketing ont présenté la marque « La maison des éleveurs bœuf pleine herbe » le 4 octobre dernier au Sommet de l’élevage.
Michel Millot, directeur Feder, Yves Largy, président, Bertrand Laboisse, vice-président et Olivier Mevel, consultant marketing ont présenté la marque « La maison des éleveurs bœuf pleine herbe » le 4 octobre dernier au Sommet de l’élevage. - © C.Rolle

« La nouvelle marque Feder doit permettre aux éleveurs de se déconnecter du premier prix et des promotions en bénéficiant d’une montée en gamme de leurs produits » a expliqué Yves Largy, président de Feder et Global, à l’occasion d’une conférence de presse au Sommet de l’élevage. Imaginée « par et pour les éleveurs », cette nouvelle marque a pour ambitions d’améliorer leurs revenus par une meilleure valorisation, de répondre aux attentes des consommateurs en mettant en avant les atouts distinctifs des élevages et le savoir-faire des producteurs.

Réenchanter le consommateur
La démarche de Feder s’appuie sur une enquête menée auprès de 1 200 personnes réparties sur sept villes test*, portant sur l’analyse de forces et des faiblesses des produits carnés. Habitudes d’achat, perception de la qualité et valeurs attendues ont été passées au peigne fin. Résultats ? Les habitudes d’achat sont sans surprises : 80 % des achats de viande se font en GMS**. 84 % des personnes interrogées ont une image positive d’aliment sain et plaisir ; la viande étant considérée comme source de protéine et d’énergie. Les formes d’achat sont le steak haché à près de 82 % et le steak à 77 %. Quant à la vente en ligne, « elle doit être en direct des éleveurs » selon les sondés qui reconnaissent toutefois qu’il est « important de voir le produit avant de l’acheter ».
L’origine locale est le premier critère de perception de la qualité, mais les consommateurs sont de plus en plus sensibles à l’alimentation des bovins, notamment au fait qu’ils soient nourris à l’herbe et aux fourrages issus de l’exploitation. Ils regrettent toutefois de ne pas en retrouver la composition sur l’étiquette des produits. Les sondés sont également très attachés à l’environnement de l’animal et à son bien-être. Ils plébiscitent le plein air et sont 92 % à se dire « prêts à payer plus cher pour un animal élevé à l’herbe … »

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1430, du 19 octobre 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le gouvernement et sa majorité sèment une confusion inédite dans l’esprit des éleveurs et des citoyens.

estime la FNB dans un communiqué de presse du 15 juillet, soit deux jours avant l’examen par les députés du projet de loi de ratification de l’accord de libre-échange UE-Canada (Ceta).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui