L'Anjou Agricole 11 juin 2019 à 16h00 | Par Romain Devaux

Une loi enfin rémunératrice ?

Qu’attendre de la loi Egalim en termes de retour de valeur aux producteurs ? Thème choisi pour l’AG de Seenovia, qui s’est tenue jeudi 6 juin à Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les participants à la table ronde sur la loi Egalim, lors de l’AG de Seenovia jeudi 6 juin au Parc exposition d’Angers. De gauche à droite : Thierry Roquefeuil, président du Cniel ; Elodie Ricordel, présidente de l’OP St Père (Loire-Atlantique) ; Jean-Baptiste Moreau, éleveur bovin viande dans la Creuse et député rapporteur de la loi Egalim ; Arnaud Grosset, directeur de l’abattoir Elivia du Lion-d’Angers ; Guy Emeriau, directeur commercial Ouest de Système U.
Les participants à la table ronde sur la loi Egalim, lors de l’AG de Seenovia jeudi 6 juin au Parc exposition d’Angers. De gauche à droite : Thierry Roquefeuil, président du Cniel ; Elodie Ricordel, présidente de l’OP St Père (Loire-Atlantique) ; Jean-Baptiste Moreau, éleveur bovin viande dans la Creuse et député rapporteur de la loi Egalim ; Arnaud Grosset, directeur de l’abattoir Elivia du Lion-d’Angers ; Guy Emeriau, directeur commercial Ouest de Système U. - © AA

« Pour les agriculteurs, la loi issue des Etats généraux de l’alimentation (Egalim) avait un objectif : une rémunération plus juste, et une meilleure répartition de la valeur au sein de la filière. » Jean-Baptiste Moreau, 42 ans, sait de quoi il parle. A double titre. Député LREM de la Creuse, il a été en octobre 2018 le rapporteur* du projet de loi Egalim à l’Assemblée nationale. Mais il est aussi éleveur – sélectionneur de Limousines.   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Anjou Agricole

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui