Le Réveil Lozère 11 juillet 2018 à 11h00 | Par Copage

Une journée dédiée au pastoralisme

La fédération des groupements Gard-Lozère organisait, jeudi 5 juillet dernier, sa réunion annuelle au Mas-de-la-Barque.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’ensemble des groupements pastoraux ont pu traiter des sujets d’actualité avec les partenaires institutionnels et techniques, jeudi 5 juillet au Mas-de-la-Barque. Les membres et bergers des groupements pastoraux étaient présents en nombre, avec douze groupements représentés. Le Copage, le parc national des Cévennes, la chambre d’agriculture du Gard, les DDT(M) de la Lozère et du Gard, l’Entente causse Cévennes, le conservatoire des espaces naturels ont apporté leur concours dans les différents points à l’ordre du jour.
Christine Gros, présidente de la fédération des groupements pastoraux Gard-Lozère a ouvert la journée en soulignant l’importance de ce temps d’échange annuel.
Parmi les points à l’ordre du jour des discussions de la matinée : l’emploi des bergers et les obligations des groupements pastoraux en tant qu’employeurs. Un document unique d’évaluation des risques professionnels doit notamment être établi et mis à jour régulièrement par chaque employeur. Un document référence a été distribué afin d’aider les groupements à répondre à cette exigence.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1468, du 12 juillet 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui