Le Réveil Lozère 30 janvier 2019 à 11h00 | Par Actuagri

Une grave crise de la surproduction aux multiples symptômes

La filière laitière américaine vit actuellement une de ses plus graves crises de surproduction. Le surplus fromager des États-Unis a atteint un niveau record. Un article du GEG (Groupement d’étude géopolitique de l’École normale supérieure), publié le 21 janvier, analyse ce phénomène au regard de la situation agricole américaine et mondiale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

1,4 million de livres de fromages (6 300 000 000 kg) sont stockés dans les chambres froides aux États-Unis. Pour Cyprien Batut, directeur du programme économie du GEG et auteur d’un article sur le sujet*, ces stocks importants sont le signe que la filière laitière américaine vit une grave crise de surproduction. « Depuis plus de dix ans, des millions de litres de lait sont chaque année soit gaspillés, soit transformés en fromage pour les conserver plus longuement », analyse l’économiste. Cette surproduction est d’abord imputable à la volatilité du prix du lait et donc à une rentabilité incertaine de la production. Ainsi, le lait pouvant être stocké, les éleveurs américains surproduisent en pariant sur une augmentation des prix. « Au mieux, ils vendent à plus haut prix, au pire, ils font du fromage », explique le directeur économie du GEG. Mais au-delà de ces caractéristiques intrinsèques à la filière, cette crise de la surproduction trouverait ses causes dans des évolutions plus profondes. Ainsi, aux États-Unis, la production laitière n’est pas rentable dans les plus petites exploitations : leur bénéfice moyen est inférieur à zéro depuis 2000 (à l’exception de 2007 et 2014).

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1495, du 31 janvier, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui