Le Réveil Lozère 14 mars 2018 à 09h00 | Par Marie Renaud

Une digitalisation des services pour le Herd-Book charolais

En 2018, le Herd-Book charolais (HBC) lance plusieurs innovations liées au numérique et à la commercialisation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Herd-Book charolais travaille sur différents outils de promotion. Les concours en font partie.
Le Herd-Book charolais travaille sur différents outils de promotion. Les concours en font partie. - © AA

Le Herd-Book Charolais se veut « locomotive » selon les propos de Florence Marquis directrice du HBC. Une volonté qui l’amène, par exemple, à proposer la première vente aux enchères en ligne du 21 au 31 mars prochain. Elle concernera les mâles uniquement, des reproducteurs charolais gamme junior et senior.

« L’idée est double, résume Sébastien Cluzel : Il s’agit d’abord de permettre aux éleveurs de réduire les coûts liés à une vente aux enchères mais aussi de permettre aux élevages les plus éloignés du berceau d’exposer ». Ainsi, sur le site www.charolaise.fr, de courtes vidéos seront mises en ligne pour présenter les animaux. « Ces vidéos sont soit réalisées par les éleveurs eux-mêmes soit par nos services à travers une prestation que nous proposons », détaille Pascal Langevin, président du HBC.

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1451, du 15 mars 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.