Le Réveil Lozère 12 juillet 2017 à 08h00 | Par NO

Une dégradation généralisée en 2016

À la veille des États généraux de l’alimentation, la publication des comptes de l’agriculture fait figure de piqûre de rappel sur la situation particulièrement dégradée des revenus agricoles. Le résultat net par actif non salarié en 2016 est en retrait de 21,9 % par rapport à 2015, et la valeur ajoutée par actif agricole a baissé de 8,4 %.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Tout le monde s’y attendait : les résultats économiques du secteur agricole français en 2016 sont particulièrement mauvais. Le compte 2016 provisoire de l’agriculture, que l’Insee a présenté à la Commission des comptes de l’agriculture de la Nation qui s’est tenue le 6 juillet, confirme cette dégradation. Selon l’institut de la statistique, le résultat net par actif non salarié en 2016 est en retrait de 21,9 % par rapport à 2015. Quant à la « valeur ajoutée brute de la branche agricole » (y compris les subventions) par actif agricole (salarié et non salarié), elle a baissé de 8,4 % en 2016 par rapport à 2015, selon l’Insee. Un recul très marqué, alors que ce taux était positif sur les deux dernières années. Désormais, c’est ce critère économique que l’Insee met en avant car c’est celui retenu par Eurostat pour pouvoir comparer les résultats du secteur agricole entre États membres.

Une chute de 37 %
de la valeur des céréales
Une fois n’est pas coutume, ce sont les productions végétales qui ont été les plus affectées (-8,7 % en valeur) l’an passé en raison de la baisse des volumes, même si les productions animales n’ont pas été épargnées (-4,3 %) du fait d’une baisse des prix. On s’en souvient, l’année 2016 a été une succession de conditions climatiques désastreuses à chaque saison avec un manque d’ensoleillement et des excès de pluie au printemps, conduisant à des inondations spectaculaires, puis de la sécheresse en été. Tout cela a conduit à un recul de la production végétale en France de 9 % en volume, toutes cultures confondues.
Ce sont les céréales qui en ont pâti le plus, avec une chute de 31,3 % de leur valeur, c’est-à-dire le chiffre d’affaires hors subventions. Le blé tendre a été la culture la plus pénalisée avec une valeur de la production en recul de 36,8 %. Après une année record en 2015, les tonnages produits se sont effondrés de 32 % par rapport à 2015 et de 24 % par rapport à la moyenne 2011-2015. À cela s’est ajoutée une baisse des prix (-7 %).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1418, du 13 juillet 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Un renforcement des ambitions environnementales et climatiques de la Pac ainsi que du bien-être des animaux devrait aller de pair avec la mise à disposition de fonds appropriés pour leur mise en œuvre.

écrivent les ministres de l’Agriculture français (Didier Guillaume), allemande (Julia Klöckner) et polonais (Jan Krzysztof Ardanowski), dans une déclaration commune.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui