Le Réveil Lozère 20 décembre 2017 à 08h00 | Par Émilie Durand

Une coopérative « dans le top cinq d’ici 2025 »

Interview de Damien Lacombe et Jorge Boucas, président et directeur général de Sodiaal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sodiaal

Vous avez annoncé un nouveau plan stratégique pour Sodiaal à l’horizon 2025, pourriez-vous nous en dire plus ?
Damien Lacombe : Les différents rapprochements, notamment avec la reprise d’Entremont, nous ont permis d’arriver à une taille critique et de nous diversifier sur tous les métiers du lait. Aujourd’hui, nous abordons une nouvelle étape du déploiement de Sodiaal, avec une stratégie de développement axée sur la valeur ajoutée. C’est cette mission que nous avons confiée à notre nouveau directeur Jorge Boucas. Et pour que cela fonctionne, il faut que les règles du jeu soient claires. D’où la décision de répartir le bénéfice pour un tiers en ristourne auprès des producteurs, un tiers en placement long terme dans la coopérative et un tiers en réserve pour faire perdurer les investissements. Nous sommes aussi en réflexion sur une nouvelle formule de calcul de prix avec les adhérents.

Comment allez-vous mettre en œuvre ce plan stratégique ?
Jorge Boucas : Notre objectif est d’entrer dans le top cinq des entreprises du secteur d’ici 2025 en termes de rentabilité. Pour cela, nous allons axer nos développements sur les produits à valeur ajoutée. Pour financer ces derniers, nous nous appuierons sur un plan de performance visant à générer 150 millions d’euros d’économie en quatre ans (optimisation des achats, performance industrielle, norme qualité, etc.). Nous n’envisageons pas de fermeture d’usines, peut-être des ajustements de capacités sur certains sites.
Damien Lacombe : Sodiaal continuera à collecter le lait de ses 20 000 producteurs sur 70 départements. C’est très important pour la coopérative de maintenir ses bassins de collecte et outils de transformation sur tout le territoire. Du côté des investissements, la coopérative compte ajouter 230 millions d’euros sur les huit ans à venir au 80 à 100 millions d’euros déjà attribués annuellement.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1439, du 21 décembre 2017, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui