Le Réveil Lozère 03 janvier 2018 à 08h00 | Par CYRIELLE DELISLE

Une bonne ventilation pour des vaches plus productives

Les normes de ventilation sont remises à plat du fait de l’évolution du climat, l’agrandissement des troupeaux laitiers, le recul du pâturage…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ouvrir le plus possible, même en hiver, de façon adaptée à chaque situation, tel est aujourd’hui le message, d’autant que les vaches ne craignent pas le froid. Les ouvertures modulables apportent des solutions en phase avec la nouvelle donne.
Ouvrir le plus possible, même en hiver, de façon adaptée à chaque situation, tel est aujourd’hui le message, d’autant que les vaches ne craignent pas le froid. Les ouvertures modulables apportent des solutions en phase avec la nouvelle donne. - © E. Bignon

Gagner de l’argent c’est avant tout éviter d’en perdre : en réussissant à produire du lait de qualité tout au long de l’année sans subir de brutales baisses de production, en ayant un taux élevé de réussite des inséminations des vaches laitières, en produisant des génisses en bonne santé pour envisager une carrière longue et productive, en ne perdant pas de vaches ou de génisses ou encore en n’ayant pas à engager des frais vétérinaires élevés », commente Jacques Capdeville de l’Institut de l’élevage lors d’une conférence donnée au Space à Rennes.

Les périodes très chaudes, voire de canicule, un logement inadapté des génisses peut générer de très fortes pertes de revenu en élevage laitier. Les bâtiments d’élevage sont encore principalement conçus pour offrir un abri en période hivernale. Or, le contexte change et avec lui les préconisations. L’agrandissement des troupeaux s’accompagne de constructions de bâtiments de plus en plus larges et donc difficiles à ventiler correctement. Les animaux sortent de moins en moins, voire plus du tout. En été, la température dans les stabulations peut très vite dépasser le seuil d’inconfort pour les vaches à savoir, 24 à 25 °C quand le taux d’humidité est élevé. « Le bâtiment de demain doit ainsi être capable, par le biais d’une ventilation adaptée, d’offrir un confort et un bien-être climatique aux vaches, toute l’année. »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1441, du 4 janvier 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui