Le Réveil Lozère 17 janvier 2018 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Une association contre la solitude

Créée en 2013, l’association « Rencontres et partages lozériens », organise toute l’année des activités pour sortir ruraux et citadins de l’isolement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les membres de l’association « Rencontres et partages lozériens » se retrouvent chaque mois pour une activité commune.
Les membres de l’association « Rencontres et partages lozériens » se retrouvent chaque mois pour une activité commune. - © RPL

Le 13 mars 2013 est une date importante pour « Rencontres et partages lozériens ». Les membres du groupe de travail interdépartemental de la MSA fondent alors l’association avec pour objectif de sortir les personnes seules de l’isolement. Cinq ans plus tard, l’association, qui s’est depuis émancipée de la MSA, continue de se réunir et de proposer des activités sur le territoire. « L’association compte une trentaine d’adhérents », détaille Didier Decroix*, président de « Rencontres et partages lozériens ». Parmi eux, on retrouve tous types de profiles : des jeunes comme des plus âgés, des citadins comme des ruraux. « Certains de nos adhérents sont même installés à Clermont-Ferrand ou à Paris », ajoute Didier Decroix.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1443, du 18 janvier 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.