Le Réveil Lozère 07 novembre 2017 à 08h00 | Par Manon Laurens

Une année mitigée pour l’apiculture

Entre changement climatique et ravageurs, cette année encore, la production de miel est en baisse. Michel Coillard, représentant de l’apiculture à la chambre régionale d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes relativise ce bilan.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La production française de miel ne devra pas dépasser les 10 000 tonnes cette année.
La production française de miel ne devra pas dépasser les 10 000 tonnes cette année. - © Christian Gloria

« Ce n’est pas une année exceptionnelle pour la production apicole, mais on ne peut quand même pas aller jusqu’à dire que c’est catastrophique », juge Michel Coillard, représentant de l’apiculture au comité régional des productions végétales (CORPV) d’Auvergne-Rhône-Alpes. Pourtant, d’après l’Unaf (Union nationale de l’apiculture française), il semblerait que cette année encore, la production française de miel soit dramatique, puisqu’elle ne devrait pas dépasser les 10 000 tonnes de l’année 2016. Pour Michel Coillard, apiculteur dans l’Ain, ce bilan est à nuancer. « Il faut faire une appréciation locale, car en l’espace de quelques kilomètres, on passe du simple au double en fonction des conditions climatiques », explique-t-il. Ce sont ces dernières qui ont eu le plus fort impact sur les ruchers en 2017. Après un hiver long et humide, les colonies ont connu des pertes beaucoup plus importantes qu’à l’accoutumée. Pour l’apiculteur, elles se sont élevées à 14 %, au lieu des 8 % habituels. Certains de ses voisins, ont subit encore plus ces conditions climatiques puisque c’est environ 30 % de leur cheptel qu’ils ont perdu.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1433, du 9 novembre 2017, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Nous faisons confiance aux scientifiques qui ont dit que la préconisation, c’était cinq à dix mètres selon les cultures.

a déclaré Christiane Lambert, le 9 septembre, lors d’une conférence de presse à Romillé (Ille-et-Vilaine).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui