Le Réveil Lozère 20 septembre 2017 à 08h00 | Par Karen Maruel

Une alimentation adaptée pour une lactation de qualité

Matières sèches, minéraux, sel, eau... sont autant d'ingrédients dont une vache a besoin pour une lactation de qualité. Quelques conseils pour une bonne stratégie alimentaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Gaec de l'Oiseau a opté pour le séchage en grange en 2016. Rendez-vous en 2018 pour le premier bilan après la distribution.
Le Gaec de l'Oiseau a opté pour le séchage en grange en 2016. Rendez-vous en 2018 pour le premier bilan après la distribution. - © Karen Maruel

À ne pas louper en début de lactation, le bilan énergétique est le b.a-ba. de l'alimentation pour un bovin. Une bonne lactation découle d'un bon tarissement et d'un bon début de lactation (cent premiers jours). Le secret d'un bilan excellent, c'est un fourrage de qualité, notamment au niveau de la valeur appétence. Ramassé dans des conditions climatiques optimales, l'objectif est de trouver un bon équilibre entre quantité et qualité, qui permettra d'être autonome tout en ayant une bonne ration au niveau du bilan énergétique.

Bien respecter le film alimentaire
La distribution de la ration suit le film alimentaire (les séquences de distribution). Il est indispensable de respecter le temps de distribution, le temps de repos des bovins et le temps de rumination. Côté quantité, donnez à volonté rationnée. Sur une journée, une vache doit manger entre 13 et 15 kg de matière sèche (MS) pour maintenir la densité de la ration. Le matin, à la sortie de la salle de traite, servez 2 à 3 kg de foin structuré à 0,70 UFL (Unité Fourragère Lait) et 30 % de CB (Cellulose Brute), sachant qu'en moyenne une vache doit faire quatre repas journaliers et ingérer 3,5 kg de concentré par repas au maximum. Pour une minéralisation impeccable, optez pour une distribution de minéraux afin d'être sûrs des apports journaliers et de la quantité donnée. L'idéal est vraiment une répartition individuelle et alternée, et automatisée avec des DAC (distributeur automatique de concentrés) qui offrent plus de précision et répartissent l'ingestion sur la journée. Et n'oubliez pas le besoin en eau ! 80 à 100 litres par jour, à une température de 15 à 17 degrés. Privilégiez les bacs à abreuvoirs individuels.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1426, du 21 septembre 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui