Le Réveil Lozère 22 mai 2019 à 14h00 | Par Nancy Sagnet

Une agriculture biologique lozérienne diversifiée

Bilan d’activité, point sur la filière, changement climatique et perspectives ont rythmé l’assemblée générale annuelle de Lozère Bio, le 14 mai, à Mende.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

« Piloter le développement des filières en agriculture biologique existantes ou à venir en organisant des projets d’entreprise ou de territoire, représenter l’agriculture biologique auprès des pouvoirs publics et promouvoir cette filière au travers d’actions de terrains, telles sont les missions principales de l’association Lozère bio », indiquait Étienne Rocheteau, président de l’association, à l’occasion de l’assemblée générale de l’association qui se tenait à Mende, le mardi 14 mai.
Après le fort taux de conversion entre 2015 et 2017, la Lozère compte 27 exploitations convertit pour l’année 2018. « Ce sont 45 000 ha de la SAU (surface agricole utile) du département, soit 18 %, qui respectent le cahier des charges de l’agriculture biologique, commente Maxime Colomb, conseiller spécialisé agriculture biologique à la chambre d’agriculture de Lozère. Notre département est le 6e en termes de surface conduite en bio en France ».
En 2018, la chambre d’agriculture de Lozère et Lozère bio ont poursuivi l’accompagnement des conversions avec 118 exploitants conseillés dans le cadre du Point info bio. « Cette démarche consiste à présenter le cahier des charges et les filières, informer sur les dispositifs d’aides existants. Sur ce dernier point, la chambre d’agriculture a accompagné 32 dossiers, pour un montant de 670 000 euros, qui ont pu bénéficier de la mesure 412, du programme de développement rural de la région Occitanie. « Cette aide vise à aider l’investissement des exploitations engagées en filière de qualité comme l’agriculture biologique sur du financement de matériel de préparation du sol ou encore de fenaison. Elle est également reconduite en 2019 », ajoute Maxime Colomb.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1511, du 23 mai 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui