Le Réveil Lozère 07 novembre 2017 à 08h00 | Par Françoise Thomas

Unanime détresse face au loup

À quelques jours de la présentation par le Premier ministre du nouveau plan loup 2018-2023, l’ensemble des organisations syndicales agricoles réunies à l’initiative de l’Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales (Usapr), a lancé un appel commun pour la défense de l’élevage en plein air.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’aspect inédit de cette réunion regroupant toutes les organisations syndicales agricoles ayant répondu à l’appel de l’Usapr témoigne du caractère urgent et exceptionnel de la situation.
L’aspect inédit de cette réunion regroupant toutes les organisations syndicales agricoles ayant répondu à l’appel de l’Usapr témoigne du caractère urgent et exceptionnel de la situation. - © Françoise Thomas

Réunion exceptionnelle ce lundi 6 novembre à la Tour-de-Salvagny (Rhône) qui a vu la concertation unanime des différents syndicats agricoles et des élus de l’Usapr, pour porter haut et fort une seule et même voix contre le loup. Pour ces différents acteurs, la situation est grave et les décisions à prendre sont sans équivoque : il y va de l’avenir même des territoires concernés par la prédation. Ainsi, la FNSEA, Jeunes agriculteurs, la Fédération nationale ovine (FNO), la Coordination rurale, la Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux (Modef) et la Confédération paysanne ont tous signé un communiqué commun intitulé : Ultime appel pour la défense de l’élevage de plein air. Ces propositions ont été adressées au Premier ministre, à cinq ministères (Agriculture, Transition écologique et solidaire, Cohésion des territoires, Économie et Intérieur), ainsi qu’à l’Élysée, au préfet coordinateur du plan loup et à l’ensemble des parlementaires des territoires concernés.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1433, du 9 novembre 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui