Le Réveil Lozère 11 mai 2016 à 08h00 | Par Patricia Olivieri

Un vaccin pour faire chuter la fertilité du campagnol terrestre

L’immunologiste Joël Drevet a conduit dès 2002 des travaux sur l’immunocontraception des rats taupiers. Des recherches stoppées en 2006, faute de crédits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
D’autres recherches existent pour faire reculer les pistes de pullulation : identification de nouvelles molécules chimiques campagnolicides, amélioration du piégeage les phéromones, etc.
D’autres recherches existent pour faire reculer les pistes de pullulation : identification de nouvelles molécules chimiques campagnolicides, amélioration du piégeage les phéromones, etc. - © l'Union du Cantal

Si les fonds alloués à la recherche sur le nuisible avaient été aussi fidèles que le mâle campagnol l’est à sa femelle, « on n’aurait pas perdu douze ans », comme l’a déploré Joël Drevet, immunologiste et professeur à l’université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand. Invité à Pierrefort par la FDGDon, le directeur adjoint de l’unité CNRS-Inserm est l’un des rares chercheurs à avoir planché, dès 2002, sur des pistes de lutte alternatives à l’usage décrié de la bromadiolone. Avec un angle d’attaque : l’immunocontraception par voie vaccinale. En 2002, face à un épisode de pullulation intense et à la mobilisation de la profession, des fonds de la région Auvergne et d’autres financeurs permettent au scientifique et à son équipe de lancer un programme de recherche dans le cadre d’une thèse. Ces travaux vont défricher le terrain, identifier des premiers anticorps susceptibles d’agir sur la fertilité du rongeur, et feront l’objet d’une publication scientifique. En 2006, une fois le pic de pullulation et le lobbying auprès des politiques retombés, les crédits seront redéployés vers d’autres dispositifs au grand dam du chercheur, dont le franc-parler et l’humour ont eu le mérite de dérider des éleveurs exaspérés par la situation.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 12 mai 2016, numéro 1359.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui