Le Réveil Lozère 23 mai 2018 à 09h00 | Par Eva DZ

Un tour de burons

L’édition 2018 de la fête de la Vache Aubrac en transhumance entrera sûrement dans l’histoire en étant celle qui verra aboutir le parc naturel régional de l’Aubrac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organisateurs de la première Nuit des burons, lors de la présentation, lundi 14 mai, à la Maison de l’Aubrac.
Les organisateurs de la première Nuit des burons, lors de la présentation, lundi 14 mai, à la Maison de l’Aubrac. - © Eva DZ

Le parc naturel régional de l’Aubrac a choisi les burons, témoins des activités agro-pastorales, marqueurs forts de l’identité culturelle et paysagère de l’Aubrac, pour fêter son classement, en amont des fêtes de la Transhumance sur l’Aubrac. Vendredi 25 mai, il donne rendez-vous dans cinq burons disséminés sur le périmètre du parc, ouverts pour l’occasion gratuitement au public (uniquement sur inscriptions).
Musique traditionnelle et contemporaine, spectacles équestres, contes et légendes d’Aubrac, lectures de paysage, escape game… mettront en lumière ces « fromageries d’estives », patrimoine emblématique de l’Aubrac. « Ils sont le symbole de la première mutation énergétique de notre territoire », témoigne André Valadier. « Ils ont été un moyen pour les Hommes et pour le territoire de survivre à travers le troupeau en apportant un complément de revenu via le fromage. Grâce à eux, l’homme pouvait conserver le lait sur la montagne pendant l’été et déclinait son savoir-faire en fabriquant des fromages ». l’Aubrac a ainsi compté jusqu’à 300 burons.
André Valadier associe également les burons au concept du parc : « le périmètre du parc est comme le parc de traite : c’est là où tout s’organise, l’activité, le travail, l’avenir. C’est aussi le lieu de la récolte, de la sélection génétique, de la fertilisation naturelle ! Et ce capital qui s’est exprimé sur nos montagnes a été sauvegardé comme en témoignent nombre de botanistes, c’est l’empreinte de la mise en valeur et de la vitalité du parc ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1461, du 24 mai 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Face aux attaques des végans, on s’est construit et armé.

a affirmé Gilles Gauthier, président de la Fedev (métiers de la viande) lors du congrès du syndicat qui s’est tenu les 14 et 15 juin derniers à Nantes.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui