Le Réveil Lozère 12 décembre 2017 à 08h00 | Par Nancy Sagnet

Un séchage en grange pour gagner en qualité

Le séchage en grange est connu pour les excellentes valeurs alimentaires du foin. C’est une chaîne de récolte prisée notamment pour les exploitations laitières vendant leur produit lait en AOP où les fourrages humides sont interdits. Les deux associées du Gaec Burlon ont alors opté pour ce système.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

Installés en Gaec sur la commune de Saint-Germain-du-Teil, David et Jean Burlon possèdent 49 vaches laitières de race Simmental. Depuis 2014, le lait produit est vendu à la coopérative Jeune Montagne pour produire de l’AOP Laguiole. Or, ce cahier des charges interdit l’utilisation de fourrages humides, ce qui conduit les producteurs laitiers à l’utilisation du foin comme fourrage principal et souvent unique. C’est pour cela que le Gaec Burlon a opté pour cette chaîne de récolte l’année dernière. Le projet a abouti par la construction d’un bâtiment neuf.

Le fonctionnement du séchage en grange
Le séchage en grange repose sur la récolte d’un fourrage pré-fané. « Nous récoltons le fourrage aux alentours de 50 % de matière sèche (MS) » explique Jean Burlon, un des deux associées. Le séchage se poursuit en grange par ventilation d’air chaud. Il consiste à faire passer l’humidité de l’air de l’herbe pré-fanée et engrangée, à un taux de 85 % de MS minimum pour assurer sa conservation sans échauffement. « L’air chaud et sec est pulsé via un ventilateur situé à la base de la cellule et se répartit de façon homogène en circulant de bas en haut à travers le tas de foin reposant sur un caillebotis en bois où il y a environ 40 cm de vide.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1438, du 14 décembre 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’objectif de 500 loups reste le même. Il n’y a pas de traitement différencié entre les territoires, etc. Nous sommes déçus et il reste encore beaucoup de zones d’ombre.

a annoncé Claude Font, secrétaire général adjoint de la FNO suite à la publication officielle du plan Loup 2018-2023 par le ministère de l’Agriculture, le 19 février.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui