Le Réveil Lozère 21 novembre 2018 à 11h00 | Par Apasec

Un scrutin pour donner du poids aux agriculteurs

De l’inscription sur les listes d’électeurs, au mode de scrutin, en passant par le dépôt des listes de candidats, les enjeux de la campagne… tout pour comprendre les prochaines élections des chambres d’agriculture qui s’achèveront le 31 janvier 2019.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vincent Motin

Les élections 2019 aux chambres d’agriculture présentent plusieurs nouveautés par rapport aux précédents scrutins. L’une des nouveautés de ce scrutin, c’est la réduction du nombre de membres à élire dans chaque département : il est passé de 44 à 33 membres, et pour le collège des exploitants de 21 à 18.

Choix entre vote électronique et par correspondance
Autre grande nouveauté, c’est l’introduction du vote électronique. Les électeurs sont appelés à voter soit par correspondance ou par vote électronique, dès réception du matériel de vote, et ce jusqu’au 31 janvier. Quelles que soient les modalités de vote choisies, c’est la commission d’organisation des opérations électorales qui est chargée d’expédier aux électeurs le matériel de vote, d’organiser la réception, le recensement et le dépouillement des votes. Tous les électeurs recevront à leur domicile, au plus tard dix jours avant la date de clôture du scrutin, le matériel de vote composé d’un bulletin de vote, des instruments de vote par correspondance, des identifiants et mots de passe pour le vote électronique accompagné d’une notice explicative. C’est cette même commission d’organisation qui proclamera ensuite les résultats. Pour l’organisation des élections, tous les frais des élections sont à la charge des chambres d’agriculture.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1485, du 22 novembre 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le compte n’y est pas du tout : la première année de négociations (sous la loi Égalim) n’a pas été satisfaisante.

a constaté Didier Guillaume le 16 avril, à l’issue d’une réunion du comité de suivi des relations commerciales réunissant producteurs, transformateurs et distributeurs à Bercy.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui