Le Réveil Lozère 03 juillet 2019 à 11h00 | Par Sophie Chatenet

Un robot désherbant né en Auvergne

Sigma’bot est un robot ingénieux imaginé pour désherber les champs de maïs. Mis au point par Cédric Douhay, étudiant ingénieur de Sigma Clermont-Ferrand en partenariat avec l’Irstea, ce prototype a été primé lors des dernières Culturales à Poitiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SC

Quelles sont les fonctionnalités de Sigma’bot ?
C’est un robot autonome, fabriqué en partenariat avec l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea). Il est programmé pour slalomer correctement entre les rangs et désherber les mauvaises herbes sans confondre les plantes à protéger. Par ailleurs, nous avons veillé à le rendre très résistant pour qu’il puisse opérer, y compris dans des conditions météo difficiles.


Très concrètement, quelles technologies sont employées pour optimiser le désherbage ?
Le robot est équipé d’un lidar (laser), qui tourne et qui scanne son environnement en fonction d’éléments préprogrammés. Par colorimétrie, des caméras détectent les mauvaises herbes, un bras se déplace alors au-dessus de la plante à environ 50 cm et pulvérise le produit. En ciblant de cette manière les adventices, la réduction de produits phytosanitaires est réelle. Sur la seconde version du robot, c’est un axe que nous avons d’ailleurs approfondi pour répondre à cet enjeu essentiel pour demain.

 

 

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1517, du 4 juillet 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui