Le Réveil Lozère 03 mai 2017 à 08h00 | Par FXS

Un risque commercial et budgétaire pour l’agriculture des Vingt-huit

Pour les agriculteurs des Vingt-huit, la sortie du Royaume-Uni de l’UE présente un double risque : l’accès à cet important débouché pour les produits agroalimentaires, pourrait être rendu beaucoup plus difficile, et le budget européen perdra la contribution de l’un de ses États membres actuels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Theresa May, première ministre du Royaume-Uni.
Theresa May, première ministre du Royaume-Uni. - © DR

Les ministres des affaires européennes des Vingt-sept étaient appelés le 27 avril à finaliser les orientations de l’Union pour les négociations du retrait britannique de l’UE, en vue d’une adoption deux jours plus tard par leurs chefs d’État et de gouvernement réunis à Bruxelles. Le 27 avril également, les présidents des organisations et coopératives agricoles des États membres devaient débattre, dans le cadre du Copa-Cogeca, des répercussions du Brexit.
Les exportations agroalimentaires des Vingt-sept – essentiellement l’Irlande, l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique et la plateforme commerciale néerlandaise – vers le Royaume-Uni dépassent annuellement les 45 milliards euros, représentant, selon les produits, 70 % à 99 % des importations britanniques dans ce secteur. Le risque d’entraves à l’accès à un marché aussi important est donc une sérieuse préoccupation à la veille de l’ouverture des négociations sur le Brexit, surtout pour les fruits et légumes, la viande bovine et les produits laitiers, tandis que les céréales, les huiles végétales (sauf l’huile d’olive) et les œufs devraient être peu touchés.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1408, du 4 mai 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Alors que la Commission a annoncé la conclusion d’un accord sur le « panel hormones », la FNB attend une position extrêmement ferme de la France.

indique Bruno Dufayet, président de la FNB, dans un communiqué du 14 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui