Le Réveil Lozère 23 janvier 2019 à 09h00 | Par CD

Un réseau pour prévenir la détresse en agriculture

Détecter, alerter et réagir face à une personne en détresse, telle est la vocation du futur réseau national Agri-Sentinelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des constats dramatiques et sans appel : chaque année, 150 agriculteurs se donnent la mort.
Des constats dramatiques et sans appel : chaque année, 150 agriculteurs se donnent la mort. - © Source : INVS - AFP

Tous les deux jours, un agriculteur se donne la mort. Face au constat alarmant du taux de suicides en agriculture, les acteurs du monde agricole se mobilisent pour créer un réseau multi-partenarial : le réseau agri-sentinelles. Son objectif est de créer une synergie entre les dispositifs d’accompagnement existants des éleveurs et les acteurs qui agissent sur le terrain. Sur la base du volontariat, les professionnels, techniciens et conseillers qui les côtoient au quotidien, peuvent jouer le rôle de sentinelles. « Premiers témoins de situations de fragilité ils seraient formés, à la fois pour repérer les agriculteurs en difficulté ou en détresse psychologique et leur faciliter l’accès à un dispositif d’accompagnement mais aussi pour réagir de manière appropriée face à cette détresse. En aucun cas, les sentinelles n’ont pour vocation à se substituer aux dispositifs existants. Le but est bien d’amplifier l’action de ces derniers et de donner les clés de la bonne attitude à adopter, en cas de situations difficiles », souligne Elsa Delanoue de l’Institut de l’élevage.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1494, du 24 janvier, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui