Le Réveil Lozère 27 mars 2019 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

Un réseau mobilisé pour rencontrer les organisations de producteurs

De la Bourgogne au Rhône, de la Haute-Loire à la Creuse, les éleveurs allaitants du grand massif central invitent les producteurs à saisir les opportunités de la loi alimentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Patrick Bénézit, Christian Bajard et Bruno Dufayet.
De gauche à droite : Patrick Bénézit, Christian Bajard et Bruno Dufayet. - © SC

Autour de Christian Bajard, éleveur en Saône-et-Loire et coordinateur du Berceau des races à viande, une trentaine d’éleveurs du grand Massif central, venus de dix départements et de quatre régions, se sont réunis, en début de semaine dernière à Aubière dans le Puy-de-Dôme. Objectif : faire le point sur l’état d’avancement de la loi alimentation (Égalim), sur la politique en faveur de l’export et poser les jalons de la stratégie « viande bovine » dans le cadre de la future Pac. D’abord sur la conjoncture, les responsables professionnels déplorent le travail de désinformation qui se fait sur le terrain : « Non, la consommation de viande ne baisse pas. Il est essentiel de regarder les chiffres en face et de ne pas se faire polluer par les bruits ambiants, relayés par certains sur les réseaux sociaux », a expliqué Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine. Sur la loi alimentation, Patrick Bénézit, éleveur dans le Cantal et secrétaire général adjoint de la FNSEA, est revenu en détail sur les avancées significatives obtenues par la profession. « La loi inverse la logique où le producteur était la variable d’ajustement des filières. C’est désormais au producteur ou à la structure représentant l’éleveur (organisation de producteurs) de proposer un contrat à son acheteur, à un prix qui tient compte des indicateurs de coûts de production. Cette proposition devient le socle unique de la négociation et doit être respectée en ce sens par l’acheteur ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1503, du 28 mars 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui