Le Réveil Lozère 26 janvier 2016 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Un projet AMI pour dynamiser la filière forêt-bois en Cévennes

Vendredi 8 janvier, la réunion de lancement du projet Cevaigoual a rassemblé 60 acteurs locaux de la filière forêt et bois au centre scientifique de Rochebelle à Alès dans le Gard.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réunion s’est clôturée par la signature d’une lettre d’engagements communs des vingt partenaires associés.
La réunion s’est clôturée par la signature d’une lettre d’engagements communs des vingt partenaires associés. - © DR

Retenu dans le cadre de l’AMI (appel à manifestation d’intérêt) Dynamic bois, le dossier Cevaigoual qui s’étend sur les massifs forestiers des Cévennes et de l’Aigoual sera coordonné par le centre régional de la propriété forestière, autrement dit le CRPF. Ce projet ambitieux s’appuie sur plusieurs objectifs : assurer la pérennisation de l’approvisionnement des chaufferies bois du territoire ; mieux valoriser la ressource bois en hiérarchisant les produits (bois d’œuvre, bois d’industrie, bois énergie) et adapter la forêt aux évolutions futures (climatiques, économiques et sociales) en améliorant les peuplements en place. Cevaigoual, dont le budget total s’élève à 3,4 millions d’euros, sera soutenu à hauteur de 1,5 million d’euros par des fonds gérés par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Trois axes forts ont été identifiés dans le cahier des charges initial pour orienter les différents investissements et atteindre les objectifs.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 28 janvier 2016, numéro 1344.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui