Le Réveil Lozère 31 octobre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Un préfet s’en va, une autre arrive

En place depuis près de deux ans et demi, le Préfet Hervé Malherbe a quitté ses fonctions le 1er novembre. Sa remplaçante, Christine Wils-Morel ne prendra pas ses fonctions avant le 15 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

« Si je partais sans me retourner, je me perdrais de vue », tels étaient les derniers mots d’Hervé Malherbe, citant Jean Tardieu, lors de la réception donnée en l’honneur, de son départ. En effet, en fonction depuis le 8 avril 2015, l’ex-préfet de la Lozère a quitté son poste le 1er novembre. Pour cette occasion, la préfecture avait donc organisé une réception, jeudi 26 octobre dans ses locaux. Plusieurs figures du département étaient présentes comme Jacques Blanc, maire de La Canourgue, Sophie Pantel, présidente du département ou encore Alain Bertrand, sénateur. Ce dernier, lors de sa prise de parole, a tenu à souligner les actions du préfet sur plusieurs dossiers comme le redécoupage des cantons, les contrats de ruralité, la gestion de la nouvelle région ou encore le dossier du défrichement. La présidente du conseil départemental a, quant à elle, tenu à le remercier pour son « investissement » et sa capacité d’adaptation. « Quand vous êtes arrivé, vous aviez un profil urbain, a-t-elle déclaré. Vous avez su vous adapter aux difficultés du département : une petite population mais un grand territoire. » Intervenant en dernier, comme le veut la coutume, Hervé Malherbe a souligné la « qualité d’accueil des Lozériens » et leur volonté de « rompre l’isolement tout en défendant les paysages magnifiques ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1432, du 2 novembre 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui