Le Réveil Lozère 20 juin 2018 à 11h00 | Par Agrijuris

Un orage de grêle vient de détruire ma récolte que dois-je faire ? Suis-je assuré ?

En tant qu’agriculteur vous pouvez être indemnisé en cas de pertes occasionnées par des événements climatiques (tempête, grêle, neige, gel, sécheresse, etc.) soit par votre assureur, au titre des garanties incluses dans votre assurance multirisques agricole ou récolte, soit par le fonds de gestion des risques en agriculture pour les risques considérés comme non assurables, au titre du régime de calamités agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’assurance multirisques agricole, que vous avez dû obligatoirement souscrire, regroupe en un seul contrat d’assurance la plupart des garanties et couvre les dommages causés à l’exploitation mais certains risques doivent être couverts par des garanties spécifiques optionnelles.
Ainsi vos récoltes non encore engrangées (encore sur pied) doivent être couvertes par une assurance spécifique. Vous serez alors indemnisé contre la perte de quantité et de qualité de votre récolte due à la tempête ou à la grêle, si vous avez souscrit une garantie tempête ou grêle. Vous devrez dans ce cas prévenir votre assureur immédiatement, et au plus tard dans les quatre jours, et ne pas toucher aux récoltes avant l’évaluation des dégâts par l’expert désigné par l’assureur.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1465, du 21 juin 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui