Le Réveil Lozère 03 janvier 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Un nouveau souffle pour l'agriculture et les territoires de montagne

Les chambres d'agriculture se félicitent de la reconnaissance et de la valorisation du rôle de l'agriculture dans le développement de la montagne. Un regret cependant : la définition floue autour de l'état de boisement d'une parcelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'acte deux de la loi montagne a été adopté fin décembre.
L'acte deux de la loi montagne a été adopté fin décembre. - © Julien Beinat

Plus de trente ans après la loi montagne, fondatrice pour les territoires concernés, les parlementaires ont définitivement adopté, fin décembre, le projet de loi de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne. Cet acte deux pose en principe fondateur le développement économique, social et environnemental des territoires de montagne. Il est présenté comme une actualisation de la loi de 1985 et une consolidation de ses acquis : reconnaissance des spécificités des territoires, nécessité de les prendre en compte dans les politiques publiques, mise en place du conseil national de la montagne et des comités de massifs. Cette loi montagne constitue donc un nouveau cadre législatif.
Des soutiens spécifiques
Christine Valentin, présidente de la chambre d'agriculture de Lozère, responsable du dossier montagne à l'Apca, regrette « la définition floue autour de l'état de boisement d'une parcelle laissant libre court à des interprétations subjectives pouvant entraîner des conflits d'intérêts entre agriculteurs et administration territoriale ».

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 5 janvier 2017, numéro 1391.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui