Le Réveil Lozère 23 mai 2018 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

Un guide pour le transport animal à l’échelle de l’europe

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aimal transport guides

Afin d’harmoniser et de rendre plus accessible les différentes réglementations possibles en Europe, la Commission européenne a lancé, en 2015, le projet « Animal transport guides ». Les 16 membres du groupe, issus de 10 pays, se sont donc concertés pour éditer un guide qui fait office de référence pour le transport des bovins, ovins, équins, porcins et volailles. Cette compilation des différents documents disponibles couvre ainsi les principales étapes du transport : des documents administratifs à la préparation du transport en passant par les manipulations lors du chargement et du déchargement des animaux. Le guide du transport animal se compose de 70 pages comprenant 350 recommandations. Il est complété, pour les chauffeurs des poids lourds d’une checklist pour préparer le voyage. En plus de cela, le projet a édité une vingtaine de fiches de synthèse sur des points spécifiques du transport des races. On retrouve ainsi une fiche sur le transport des vaches en lactation, la prévention des strass thermiques chez les ovins ou encore le ramassage des poules de réforme. Pour l’instant, l’ensemble des travaux sont disponibles sur le site du projet (www.animaltransportguides.eu). Si les fiches pratiques sont téléchargeables dans huit langues différentes, les guides complets ne sont pour l’instant disponibles qu’en anglais.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.