Le Réveil Lozère 07 mars 2018 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Un formidable étendard, côté race et côté territoire

Être la tête d’affiche du salon international de l’agriculture, cela peut donner un supplément de notoriété à une race et à un territoire. L’Aubrac l’a expérimenté cette année avec un plaisir non dissimulé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Valadier, à gauche, aux côtés de Carole Delga, présidente du conseil régional d’Occitanie.
André Valadier, à gauche, aux côtés de Carole Delga, présidente du conseil régional d’Occitanie. - © SC

De mémoire d’Aveyronnais, jamais une vache aurait été autant photographiée. Dire que Haute a pris de la hauteur au salon international de l’agriculture, est un euphémisme. La belle Aubrac de six ans, a multiplié les selfies pour le plus grand plaisir de ses propriétaires, Thibault et Florence Dijols, qui malgré les nombreuses sollicitations ont gardé le sourire. Il faut dire que les occasions d’être à ce point sous les feux de la rampe sont plutôt rares. À quelques mètres de la star du salon, les quelque 100 m² investis par l’Upra Aubrac n’ont pas désempli. Filières viande, acteurs du territoire (collectivités, offices de tourismes, projet de PNR de l’Aubrac…), acteurs économiques et filières étudiantes ont pleinement bénéficié de l’attractivité de Haute. Les bouchers ont assuré le job en communiquant largement sur la qualité de la viande Aubrac. Le magasin a globalement bien fonctionné.

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1450, du 8 mars 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui